Le Chevalard

 

Le château du Chevalard sur le territoire de Mizérieu, présente une remarquable façade flanquée de deux tourelles à la flèche élancée. Le domaine du Chevalard n'était originairement qu'un franc alleu dépendant de la Seigneurie de Nervieu.

Après la mort du comte de Pontchartrain, au démenbrement de son comté, le Chevalard fut acquis le 19 décembre 1752 par Antoine Lattard, maître de poste, au prix de 25000 livres. Les armes de cette famille sont : D'Azur au chevron d'or, accompagné de trois étoiles d'argent.

Antoine Lattard du Chevalard, l'acquéreur de la terre dont il prit le nom avait épousé Françoise Girard dont il eut 6 enfants.

 

 

La Maison Souzy

 

Achetée par la commune et démolie pour permettre la réalisation d'une place publique suffisamment vaste, la maison Souzy c'est toute une période de la vie à Mizérieux qui disparaît.


Dans les années 1890, vivaient dans cette maison Jean-Pierre BERTHOLON et son épouse Anna BLANCHON ; il était menuisier et son atelier que l'on appelait " La Boutique " était situé contre la maison d'habitation côté Ste Foy. Parmi les travaux variés de son métier, figurait la fabrication des cercueils, et comme il fallait faire rapidement il était aidé par Jean Marie Vacheron, autre menuisier de Mizérieux installé aux Treyves. A l'époque tout se faisait à la main.


A la suite de " La Boutique " se trouvaient la grange et l'écurie qui abritait 2 ou 3 vaches.


Monsieur et Madame Bertholon eurent 2 enfants, un fils Jean-Baptiste né en 1892, coiffeur de son métier, malheureusement devenu aveugle et paralysé assez jeune, et une fille Marie Joséphine née en 1894 et qui épousa Jean Souzy le 3 juin 1913.


De cette union naquirent 2 filles, Anna en 1914 qui devint plus tard Madame CHAMBAUD institutrice à Mizérieux de 1950 à 1970 et Jeanne en 1916 qui épousa Georges GALICHET en 1943, tous deux bien connus à Feurs et Mizérieux.

Monsieur et Madame Bertholon tenaient le café et l'épicerie. Ils étaient locataires des bâtiments. Jean Souzy, qui travaillait à la charcuterie Berger de Balbigny, achète les murs à Monsieur Barge d'Epercieux en 1918 et s'y installe avec sa famille, prenant la suite de ses beaux-parents. Il dispose de la grange et de l'écurie situées côté Est de l'habitation de Monsieur et Madame Bertholon. Il achète quelques bêtes à corne et cultive, comme tout le monde à Mizérieux des terrains aux Varennes et dans les Chambons.


Il met à profit son métier de charcutier pour pratiquer dans sa grange de nombreux sacrifices et accroître ainsi le commerce de l'épicerie où s'active Madame Souzy. Madame Galichet se souvient que dans son enfance elle était dispensée d'école le mardi matin, car elle gardait l'épicerie pendant que ses parents allaient au marché de Feurs.


L'actuelle salle de café de l'auberge était une cuisine de la famille Souzy et la salle de restaurant servait de salle de café.